Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
#TouteLaLumiereSur ...

Collection premium d'articles sur les coulisses de la télévision (par @LeZappeurFou de Twitter)

#TouteLaLumiereSur ... EUROPE1

Publié le 5 Juin 2016 par @LeZappeurFou

#TouteLaLumiereSur ... EUROPE1

En septembre 2013 « Les pieds dans le plat » naissent sur Europe1, de 10h30 à 12h30. Les audiences sont bonnes, Cyril fait mieux que son prédécesseur Michel Drucker. Certes, tout est relatif car le niveau d’audience de Michel Drucker était très bas et dès l’année suivante Morandini fera encore mieux que Cyril dans cette case mais cette 1ere version des PDLP reste néanmoins un beau succès.

En juin 2014, Laurent Ruquier claque la porte d’Europe1, la direction est angoissée, il faut vite lui trouver un remplaçant. Aveuglée par la montée en puissance de Cyril sur D8 et par ses résultats encourageants du matin à la radio, la direction voit en lui le successeur idéal et lui propose, en retenant sa respiration : 1 contrat de 3 ans pour animer les PDLP l’après-midi.

En télévision il y a 2 cases stratégiques : l’access à 19h et le prime-time à 21h, ce sont les 2 moments de la journée où il y a la plus grosse affluence de téléspectateurs. En radio c’est différent, pour les généralistes, les 2 cases premiums sont la matinale de 7h à 9h et les fins d’après-midi de 16h à 18h. Recevoir la proposition d’animer une de ces tranches horaires ne se refuse pas : c’est obtenir le Graal. Cyril accepte donc fort logiquement la proposition d’Europe1.

En novembre 2014 les premiers résultats d’audience tombent. Tout le monde s’attendait à une baisse d’audience, ce qui était bien naturel, prévisible, logique et inévitable après 15 ans de Laurent Ruquier mais il n’en est rien. A la surprise générale, aucune baisse n’apparait sur les écrans de Médiamétrie. Au lieu de cela, on peut y lire une chute vertigineuse, un effondrement cataclysmique, une immense débâcle, un chaos infini (et je pèse mes mots). Cela donne le tournis, tous les signaux sont au rouge : c’est un désastre et c’est irrattrapable.

Cyril n'est en rien responsable de ce carnage monstrueux. Le problème vient du concept même des PDLP. Il eut été plus judicieux d'offrir une contre-programmation aux Grosses Têtes, en proposant par exemple un jeu musical avec les auditeurs co-animé pourquoi pas avec Jean-Pierre Foucault plutôt que de s'entêter à vouloir faire du sous-Laurent Ruquier tout en pratiquant la politique de l’autruche.

Les mois défilent et rien ne va mieux. Pire encore, de 16h à 18h30 Europe1 est désormais distancée non seulement par RTL mais aussi par France Inter, Fun Radio, NRJ et même RMC est en embuscade. A la veille de la publication de chaque vague d’audience, les auteurs des communiqués d’Europe1 en font des cauchemars. On leur demande de résoudre une équation sans solution : rédiger un communiqué élogieux destiné à la régie publicitaire avec comme seule matière un tas de ruines. Certains en vont jusqu’à perdre le sommeil.

En janvier 2016, Europe 1 sort la tête du sable et décide d’arrêter l’émission mais ce n’est pas si simple car contractuellement elle ne peut pas le faire, sauf à payer à Cyril une somme astronomique (en million d’euros). La partie de poker-menteur commence alors. Europe1, rusée, annonce le 20 janvier que les PDLP reviendront pour la saison 2016-2017… en direct ! Le seul but de vouloir imposer à Cyril ce direct (bien entendu inacceptable car trop contraignant avec ses activités télévisuelles) est de lui envoyer un signal fort mais discret pour lui faire comprendre qu’il serait plus sage pour tout le monde de négocier un départ à l’amiable.

Cyril l’a bien compris et de son côté aussi le cœur n’y est plus. Ses mauvaises audiences à la radio entachent sa success-story à la télé. Il marque alors son détachement avec Europe1 par des absences répétées et le contenu de son émission se dégrade fortement. PDLP, usé par une succession innombrable de formules, fini par ne ressembler plus à rien si ce n’est à un ramassis de séquences indigestes, improvisées et poussives qui ne servent qu’à remplir péniblement les 2h30 d’émission. Même les rires mécaniques et compulsifs de Valérie Benaim n’arrivent plus à dissimuler le désespoir ambiant. L’émission en arrive parfois jusqu’à se transformer en petite succursale de TPMP dissertant pendant des heures sur les chroniqueurs de D8 alors que la majorité des auditeurs d’Europe1 ne les connaissent même pas. C’est un suicide radiophonique.

Déjà peu fournie en auditeurs, la salle continue de se vider à vitesse grand V. Les sondages intermédiaires de la prochaine vague Médiamétrie (qui sera publiée le 18 juillet 2016) sont en deçà des prévisions les plus pessimistes. Le sol se dérobe sous la rue François 1er. Il n’est plus rare d’apercevoir dans les couloirs de la station, les communicants recroquevillés à même le sol, faisant le signe de croix priant pour ne pas être désignés comme rédacteur du prochain communiqué. C’est la panique générale. Europe1, dans un dernier spasme, saute sur l’occasion de l’Euro2016 pour retirer les PDLP de la grille dès le 10 juin. Toutes les conditions sont maintenant réunies, les négociations peuvent démarrer.

En bonne intelligence, les 2 partis jouent enfin carte sur table et se mettent d’accord : Cyril accepte de prendre la porte pour pouvoir sereinement continuer sa success-story à la télé sans avoir à trainer ce boulet radiophonique et en échange Europe1, qui rompt le contrat, accepte de lui verser une somme raisonnable (en millier d’euros). D’une situation de perdant-perdant débouche une situation de gagnant-gagnant. Une bouteille de champagne conclut cet accord. Ce sera la première et la dernière de toute l’aventure des PDLP. Les communicants eux, des poches sous les yeux, sont lessivés mais souriants. Ils vont enfin pouvoir retrouver le sommeil.

Commentaires sur Twitter uniquement
@LeZappeurFou https://twitter.com/LeZappeurFou/status/739537405418561537